La terre va trembler entre la France et l'Afrique du Sud ce samedi à Marseille

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
La terre va trembler entre la France et l'Afrique du Sud ce samedi à Marseille
La terre va trembler entre la France et l'Afrique du Sud ce samedi à Marseille
La terre va trembler entre la France et l'Afrique du Sud ce samedi à Marseille
AFP
Après un succès difficile sur l'Australie, voilà les Bleus devant le plus gros défi de leur tournée d'automne. Les champions du monde sud-africains ont un statut à faire valoir, et cet affrontement entre deux des favoris de la prochaine Coupe du monde sent la poudre.

Dans la douleur, l'équipe de France a dominé l'Australie samedi dernier. Une victoire qui leur a permis de battre un record, celui de leur plus grand nombre de succès consécutifs (11). Mais c'est maintenant l'Afrique du Sud qui se profile, pour un match qui va peser lourd à moins d'un an de la Coupe du monde. Les Bleus ont-ils les armes pour faire tomber les Springboks ?

Continuité

En premier lieu, Fabien Galthié a misé sur la continuité. Le sélectionneur du XV de France a reconduit le même XV de départ d'un samedi sur l'autre. Les quelques ajustements ont eus lieu sur le banc, avec les arrivées de Reda Wardi et Bastien Chalureau. 

Une équipe qui, sauf blessures, ressemblera pour beaucoup à celle qui sera alignée pour l'ouverture de la Coupe du monde en septembre prochain. Car c'est déjà de cela qu'il s'agit. On est à moins d'un an du grand rendez-vous, et ce test est capital.

Les Bleus ne viseront rien d'autre que le titre à domicile en 2023. Et pour ce faire, il faut déjà marquer les esprits. À l'heure actuelle, on peut désigner quatre favoris logiques : La France, l'Afrique du Sud, l'Irlande et bien sur la Nouvelle-Zélande.

Ce choc entre deux prétendants, en plus de prendre un ascendant certain pour le vainqueur, doit voire les Bleus basculer en mode "Mondial". Gommer les imprécisions entrevues samedi dernier sera vital.

La guerre des packs

Mais on va surtout assister à un choc entre deux des mêlées les plus coriaces de la planète. Et cela pourrait être le plus grand attrait de ce match, ironiquement. Les mêlées ne sont pas les phases les plus spectaculaires, mais l'ascendant pris dans ce domaine décide souvent du sort d'un match.

Et les Bleus ont quelque peu été contrariés dans ce secteur contre l'Australie. En premier lieu, parce que Cyril Baille effectuait une quasi rentrée, lui qui n'avait disputé que quelques minutes dans ce secteur le samedi précédent. En manque de rythme, le gaucher a besoin de retrouver sa maîtrise dans l'exercice.

Cameron Woki et le pack français vont passer un test.
AFP

Mais le principal problème des Bleus dans ce secteur, c'est l'absence de Paul Willemse. Véritable poutre, le Montpelliérain va beaucoup manquer à ses coéquipiers. Thibaut Flament n'est pas aussi efficace dans l'exercice, et avec Cameron Woki - 3ème ligne de formation - les Bleus sont quelque peu "légers" en seconde ligne. Rien qu'à comparer avec l'attelage sud-africain Franco Mostert - Eben Etzebeth, on sait que les Français vont souffrir.

D'une manière générale, les Springboks ont sorti l'artillerie lourde. Baille sera notamment opposé à Frans Malherbe, référence à son poste. Outre la question de la deuxième ligne, le combat des talonneurs entre Julien Marchand et Bongi Mbonambi vaudra son pesant de cacahuètes. 

Pas le droit à l'erreur

Mais il y aura d'autres points importants. À commencer par l'efficacité défensive. Les Australiens, samedi, n'ont passé qu'une minute 30 en cumulé dans nos 22 mètres. Pour 29 points inscrits. La France n'en a donc inscrit qu'un de plus, mais a passé plus de 5 minutes dans les 22 adverses. Une domination stérile qu'il conviendra de ne pas reproduire ici. 

Mais il faudra aussi apporter plus de variété. En effet, les Bleus ont parfois sorti de longues séquences d'occupation au pied face aux Wallabies. Or, le triangle arrière Springbok Arendse - Kolbe - Le Roux n'a pas peur de la relance, est s'est souvent montré efficace sous les ballons hauts. Il ne faudra sans doute pas insister dans ce domaine si ce n'est pas payant en début de match. 

Les Sud-Africains, de leur côté, viennent de s'incliner 19-16 en Irlande le weekend dernier, après un match d'une énorme intensité. Orgueilleux, les Springboks ne voudront certainement pas concéder deux défaites d'affilée face à deux rivaux pour le titre mondial. 

Dernier point, et pas des moindres. Cela fait désormais sept défaites d'affilée pour les Bleus contre cet adversaire. Certaines de justesse, comme en 2017 ou 2018 - dernier affrontement en date - mais surtout le souvenir d'une tournée 2017 désastreuse. Une défaite serait de mauvais aloi à ce niveau. 

Si marquer les esprits est important, une nouvelle victoire d'un point suffirait sans doute au staff. Et au public du Vélodrome. Mais on attend les Bleus de l'automne dernier, ceux qui avaient terrassé la Nouvelle-Zélande. Et si on les revoit, on ne manquera pas de leur rappeler qu'ils ont intérêt à être là en septembre 2023.