L'homme du jour (25 novembre) : Enner Valencia, Monsieur 100%

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
L'homme du jour (25 novembre) : Enner Valencia, Monsieur 100%
Enner Valencia a inscrit les 3 buts équatoriens du Mondial
Enner Valencia a inscrit les 3 buts équatoriens du Mondial
Profimedia / Stats Perform
Meilleur réalisateur du Mondial jusqu'à présent, Enner Valencia marque les buts et les esprits. Capitaine emblématique de l'Equateur, l'attaquant a égalisé contre les Pays-Bas et est allé au bout de la souffrance pour guider la Tri sur le chemin de la qualification. Il a marqué l'intégralité des buts équatoriens mais sa blessure au genou pourrait le priver d'un match crucial contre le Sénégal.

Il ne restait qu'une poignée de minutes à jouer, l'Equateur tenait le point du match nul de toutes ses forces au terme d'une rencontre intense contre des Néerlandais submergés et incapables du moindre mouvement offensif depuis le but de Cody Gakpo à la 5e minute. Exténué, Enner Valencia s'est écroulé sur la pelouse dans une position quasi-christique et a demandé le changement. Touché au genou contre le Qatar, ce qui l'avait contraint à sortir prématurément, le buteur de Fenerbahçe est sorti sur civière, triste épilogue d'un match complet pendant lequel les Pays-Bas ont été annihilés, incapables de créer une action construite périlleuse et de renverser le rythme du match imposé par les Sud-Américains. 

Heat map d'Enner Valencia contre les Pays-Bas
Opta by Stats Perform

Valencia s'est démené. Il a multiplié les courses malgré la douleur. Surtout, il a réalisé un grand travail d'attaquant. Dans son placement, sa façon de comprendre le mouvement de la défense adverse, sa capacité à cadrer de manière quasi instinctive, l'Equatorien a poursuivi contre les Pays-Bas ce qu'il avait commencé contre le Qatar. Cette fois-ci, il n'a pas inscrit de doublé. En revanche, il a égalisé, en voyant avant Nathan Aké que la frappe de Pervis Estupiñan pouvait être mal maîtrisée par Andries Noppert

Meilleur buteur de l'Histoire de la Tri, le voilà désormais meilleur buteur de la Coupe du Monde, avec 3 réalisations et 100% des buts de son pays. Il a déjà égalé son total de 2014, lorsqu'il avait marqué 3 buts en 3 matches disputés. Valencia fait partie de la catégorie de joueurs parfaitement lancé en club au moment d'arriver au Qatar. Avec le Fener, il a scoré à 13 reprises en 12 matches, avec 4 passes décisives en plus. Une réussite qu'il n'avait plus connu depuis sa première saison à Tigres, en 2017-2018, lors de laquelle il avait trouvé la cible 15 fois en 37 rencontres.

Alors qu'il a fêté ses 33 ans le 4 novembre dernier, Valencia dispute peut-être sa dernière Coupe du Monde et il n'a qu'un seul rêve : faire au moins aussi bien que la génération de 2006 qui avait atteint les 1/8 de finale. Vu ce dont est capable cette Tri, cela n'a rien d'impossible. Encore faudra-t-il que son genou tienne et qu'il puisse être présent sur la pelouse contre le Sénégal. Si tel est le cas, avec son Monsieur 100%, l'Equateur a toutes les raisons d'y croire.