La Norvège survole encore le relais hommes d'Oberhof, naufrage total de la France

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

La Norvège survole encore le relais hommes d'Oberhof, naufrage total de la France

Jacquelin en déroute.
Jacquelin en déroute.AFP
Dans le coup pour le podium à mi-course, la France a payé cher un passage apocalyptique d'Émilien Jacquelin, et termine loin du podium et de la Norvège, encore dominatrice.

Le weekend des Bleus du biathlon est jusqu'ici de piètre qualité, surtout en comparant avec leurs homologues féminines. Mais s'ils pouvaient se relancer sur une course, c'était bien sur le relais. Fabien Claude, Éric Perrot, Émilien Jacquelin et Quentin Fillon Maillet, deuxièmes des deux premiers relais de la saison, visaient à minima le même résultat, la Norvège restant évidemment grande favorite. 

Meilleur Tricolore du weekend, Fabien Claude avait la responsabilité de lancer le relais français sur de bonnes bases. Un état de fait confirmé par un très bon passage sur le pas de tir, avec une seule pioche malgré un petit incident technique. En grande forme sur les skis, il va passer le relais en tête avec 5 secondes de marge sur le vainqueur de la veille, Endre Stroemsheim. Mission accomplie avec la manière. 

Éric Perrot s'élançait alors en confrontation directe avec Sturla Laegreid. Problème, le vent s'est alors levé sur Oberhof, plombant les chances de sans fautes des biathlètes. À ce petit jeu, l'expérience du Norvégien a payé, puisque contrairement au Tricolore, il n'est pas allé visiter l'anneau de pénalité. Un tour supplémentaire lourd de conséquence pour le Français, qui passe le témoin avec plus de 40 secondes de débours, alors que l'Allemagne était revenue au contact.

Mais Tarjei Boe avait loupé son passage de relais et pioché deux fois. L'ouverture était là, Émilien Jacquelin va la transformer en désastre avec 5 fautes et donc deux tours de pénalité dès le tir couché. La victoire était inaccessible, le podium se dérobait, une noyade. Cet "exploit" au couché, le Tricolore va le répliquer à l'identique au debout. 4 tours au final, un naufrage total, et 3 minutes dans la vue.

Quentin Fillon Maillet ne pouvait donc pas faire grand chose, tout bon résultat étant alors hors de portée. Devant, la Norvège, avec bien entendu Johannes Boe comme dernier relayeur, va tranquillement se diriger vers une énième victoire en relais, devant l'Allemagne et l'Italie. Les Bleus, eux, terminent 7e, une journée à oublier, mais finalement représentative de leur saison.

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)