La Norvège imbattable, mais les Bleus prennent tout de même la deuxième place du relais

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

La Norvège imbattable, mais les Bleus prennent tout de même la deuxième place du relais

Fillon Maillet assure l'argent.
Fillon Maillet assure l'argent.AFP
Il n'y avait rien à faire contre Johannes Boe et la Norvège, mais le relais bleu a tout de même sorti une performance honorable pour aller cueillir une deuxième place porteuse d'espoirs pour la suite de la saison.

Après le naufrage des Françaises hier, c'était au tour des hommes de tenter leur chance sur le relais à Oestersund. Cependant, le meilleur Bleu de l'individuel dimanche, Émilien Claude, était forfait de dernière minute. Éric Perrot, Émilien Jacquelin, Fabien Claude et Quentin Fillon Maillet visaient le podium, mais on était tout de même dans l'inconnue quand au niveau de ce relais. 

Ce n'était pas son premier relais, mais Éric Perrot avait tout de même la pression, devant lancer convenablement son équipe. Pas de problème sur le couché, avec une seule petite pioche. Mais si l'on craignait qu'il tremble sur le debout, il n'en sera rien, car il ne fera à nouveau qu'une seule pioche pour terminer son excellent passage deuxième ! 

Rapidement, Émilien Jacquelin a pris les devants en ski, pouvant ainsi se permettre une pioche au couché sans en payer le prix fort. Car il était supérieur sur la piste, reprenant les devants pour le debout. Sauf que cette fois, il va débourser deux balles supplémentaires, et patiner dans son dernier tour. Néanmoins, à la mi-course, les Bleus étaient en embuscade à 20 secondes des Norvégiens. 

Un écart qui allait forcément s'accroitre avec le passage de Johannes Boe. Le Norvégien, impérial à skis, a parachevé son travail avec un tir debout supersonique, qui a quasiment assuré la victoire des siens. Fabien Claude, lui, n'a pas été impressionnant au tir, avec trois pioches au total, mais un excellent dernier tour à skis lui a permis de se rapprocher à moins de dix secondes de la deuxième place allemande. 

Dernier relayeur, Quentin Fillon Maillet devait rester solide pour assurer le podium. Il est passé proche de la catastrophe sur le couché, passant à un cheveu d'aller visiter l'anneau de pénalité, mais il va se refaire la cerise en sortant un grand tir debout pour griller la politesse aux Allemands et assurer une deuxième place derrière les intouchables Norvégiens. De bon augure pour la suite de l'hiver. 

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)