Braisaz-Bouchet et Jeanmonnot en feu, le relais mixte français s'impose à Oestersund !

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Braisaz-Bouchet et Jeanmonnot en feu, le relais mixte français s'impose à Oestersund !

VICTOIRE !
VICTOIRE ! Profimedia
Après un passage correct de Quentin Fillon Maillet puis un naufrage d'Émilien Jacquelin, Justine Braisaz-Bouchet et Lou Jeanmonnot ont délivré une performance monstrueuse et offert la victoire au relais mixte français devant la Norvège, la première victoire tricolore de la saison !

Après une troisième place finalement décevante du relais mixte simple plus tôt, place à la suite, c'est à dire le relaix mixte. L'équipe de France avait de grandes ambitions en alignant Quentin Fillon Maillet, Émilien Jacquelin, la revenante Justine Braisaz-Bouchet et Lou Jeanmonnot pour tenter d'accrocher le podium, au minimum. 

Quentin Fillon Maillet lançait donc les hostilités, avec pour mission de placer les Bleus en bonne position. C'était mal parti après le couché : 2 pioches, et un problème d'éjection, qui l'oblige d'emblée à courir après la tête. Mais il va renverser la situation au debout, signant un sans faute pour doubler des adversaires en galère, et passant le relais en troisième position. Mission accomplie. 

Encore fallait-il que les autres Bleus tiennent le même rythme. Émilien Jacquelin avait une mission compliquée, surtout face à Johannes Boe. Son tir couché était porteur d'espoir, avec une seule pioche malgré un petit cafouillage. Mais il va, comme Fabien Claude plus tôt dans la journée, aller visiter l'anneau de pénalité après le debout, et transmettant le relais à près d'une minute du Norvégien. Vilaine affaire. 

Il était donc compliqué pour Justine Braisaz-Bouchet, qui signait ici son grand retour après un an d'absence, d'espérer la victoire. Sauf si... sauf si elle montrait d'entrée qu'elle n'a rien perdu de son talent. Ce qu'elle va faire avec maestria, livrant un sans faute monstrueux sans aucune pioche et profitant du bégaiement de Karoline Knotten pour déposer la Norvégienne et passer le témoin avec 8.6 secondes de marge. Splendide ! 

Le destin de la course était donc dans les mains de Lou Jeanmonnot, opposée à Ingrid Tandrevold. La Scandinave était clairement plus rapide sur les skis, mais après un couché maîtrisé, les deux biathlètes rentraient au coude à coude sur le debout. La Française envoyait alors son meilleur tir pendant que sa rivale piochait une fois. 13 secondes d'avance à la sortier du pas de tir, suffisant pour résister et rafler un premier succès dans cette nouvelle saison. Grâce aux deux filles du jour, qui n'ont pas pioché une seule fois, et qui montrent la densité du biathlon français. Une fois de plus. 

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)