Les Bleues s'écroulent contre le Monténégro et quittent l'Euro sans médaille

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Les Bleues s'écroulent contre le Monténégro et quittent l'Euro sans médaille
Grâce Zaadi a tout tenté, cela n'a pas suffi.
Grâce Zaadi a tout tenté, cela n'a pas suffi.
AFP
Après avoir arraché la prolongation par miracle, les Bleues ont fini par rendre les armes et s'inclinent 25-27 dans le match pour la troisième place contre le Monténégro. Les championnes olympiques, si impressionnantes en début de compétition, échouent au pied du podium.

La déception était grande dans les rangs de l'équipe de France après la défaite cuisante contre la Norvège en demi-finales. Cependant, malgré cet enième revers contre leurs ennemies jurées, il restait une médaille à aller chercher. Face au Monténégro, étrillées par les Françaises en poule, l'occasion était belle d'aller décrocher une quatrième médaille consécutive au Championnat d'Europe.

Mais on sent que les Bleues ont été touchées par cet échec. Elles ne sont pas réellement percutantes en début de partie. Certes, le talent fait le travail, mais les peres de balle s'accumulent. Ainsi, les Monténégrines prennent confiance, et virent en tête au quart d'heure de jeu.

Les Bleues se retrouvent menées de deux buts, avant de tenter de sonner la révolte. Avec efficacité, puisque Cléopâtre Darleux, pour sa 200ème sélection, monte enfin en température, et l'attaque retrouve des couleurs. Néanmoins, l'affaire est toujours serrée à la pause, puisque les Bleues ont un but de retard (12-13).

Les Bleues sauvées des eaux

Le début de deuxième période est difficile pour les Bleues, qui subissent l'impact monténégrin. Les joueuses des Balkans prennent trois buts d'avance, et l'instant est critique pour les Françaises. Un temps-mort rapide d'Olivier Krumbholz relance quelque peu les Bleues, mais il faut maintenant combler l'écart. 

Mais en défense, les Françaises ne sont pas au niveau attendu. Les Monténégrines les enfoncent et les sorties pour deux minutes pleuvent. À 10 minutes de la fin, les Tricolores ont toujours trois buts de retard, et l'on craint le pire. 

Les Bleues ont cependant l'expérience avec elles, et en cinq minutes, elles recollent en resserrant leur défense et en maximisant leurs possessions offensives. Il faut l'avouer, ce retournement de situation est quelque peu miraculeux, voir immérité. La tension est à son comble, et Estelle Nze Minko fait passer les siennes devant à 3 minutes de la fin.

Mais les Monténégrines égalisent sur jet de sept mètres, avant de repasser à une minute de la fin. La dernière chance des Bleues arrive sous la forme d'un jet de sept mètres sur une faute d'antijeu adverse. Grâce Zaadi se dévoue, et ses nerfs tiennent pour envoyer tout le monde en prolongations (22-22).

Médaille en chocolat

L'ambiance est franchement irrespirable dans une salle toute acquise à la cause des Monténégrines. Ces dernières se remettent à faire la course en tête, et mènent d'un but au bout de 5 des 10 minutes supplémentaires. Elles vont même prendre deux buts d'avance.

Les Bleues reviennent, mais sont toujours courtes d'une unité. Et l'affaire se termine quand Grâce Zaadi rate cette fois son jet de 7 mètres. Cette fois, les Bleues ne reviendront pas, et s'inclinent 27-25. Une désillusion intégrale pour les championnes olympiques, souveraines en poules, mais qui ont perdu pied quand cela comptait vraiment.