Battu par Stuttgart, le Borussia Dortmund dit au revoir à la Pokal dès les 1/8e de finale

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Battu par Stuttgart, le Borussia Dortmund dit au revoir à la Pokal dès les 1/8e de finale
Le VfB est en quart de finale de la Pokal.
Le VfB est en quart de finale de la Pokal.
Profimedia
Face au Borussia Dortmund, l'équipe surprise de la saison de Bundesliga a livré une prestation de haute volée en s'imposant 2-0 et a pu compter, comme à son habitude, sur son attaque de feu : Serhou Guirassy (52ᵉ) et Silas (78ᵉ) ont mis fin, sous les yeux de l'entraîneur allemand Julian Nagelsmann, au rêve de coupe du BVB pour cette saison.

"Nous étions très mécontents de la performance et du résultat d'il y a trois semaines. Il faut tirer les bonnes conclusions de ce match et faire mieux aujourd'hui", avait annoncé Edin Terzic, l'entraîneur du BVB, peu avant le match, en référence à la défaite de son équipe 2-1 en Bundesliga.

Le football défensif de Terzic s'est toutefois retourné contre lui. "Il a manqué quelque chose devant et derrière aujourd'hui. C'était une catastrophe sur le plan footballistique. Cela ne peut pas continuer comme ça. Nous sommes Dortmund, nous devons nous rassembler. Il y a quelque chose qui ne va pas. Nous devons faire plus d'efforts et en vouloir plus", a déclaré le capitaine Emre Can après le match.

Pour le VfB, c'était le premier succès en coupe contre Dortmund depuis 25 ans, à l'époque également en huitièmes de finale (3-1). Jamie Bynoe-Gittens était juste hors-jeu lors de son but supposé de 1-1 (60ᵉ). Le patron du BVB, Hans-Joachim Watzke, a assisté à la défaite, visiblement très affecté, les bras croisés et le regard pétrifié dans les tribunes.

Dortmund s'est retranché dans son camp

Devant 54 200 spectateurs dans la MHP-Arena à guichets fermés, le VfB s'est efforcé de "défendre activement vers l'avant" avec la double pointe de Guirassy et Deniz Undav, selon l'entraîneur Sebastian Hoeness. Cela a fonctionné, le BVB a été bloqué dans sa moitié de terrain. Le Borussia s'y est retranché dans le style d'un outisder, dans un 5-4-1.

Can, que l'entraîneur Terzic avait relégué au centre de la défense, a bloqué une première frappe de Guirassy (7ᵉ). "Rester compact, créer des moments de transition et être dangereux avec beaucoup de vitesse", a déclaré le directeur sportif Sebastian Kehl. Pour cela, Terzic a fait entrer les rapides Karim Adeyemi et Youssoufa Moukoko.

Ce dernier a dû quitter le terrain sur blessure après une frappe de la barre transversale de Marcel Sabitzer (20ᵉ). Le tir de Sabitzer fut une exception : en possession du ballon, Dortmund a manqué d'une véritable idée. Le VfB a été plus dangereux, notamment par Undav (24ᵉ et 43ᵉ) ou Atakan Karazor (45ᵉ+2).

Dès la reprise, Marius Wolf et Sabitzer, blessés, ont dû sortir. Cela n'a rien changé au jeu. Can a de nouveau contré Guirassy après une perte de balle de Mats Hummels (48ᵉ), puis le gardien Gregor Kobel s'est interposé face au Guinéen (52ᵉ).

L'ouverture du score du VfB n'était qu'une question de temps : après la passe enfoncée du puissant Enzo Millot, Can et Nico Schlotterbeck sont arrivés trop tard et Kobel a reçu le ballon entre les jambes (55ᵉ).

Kobel a évité le 2-0 à la 58ᵉ et ce n'est qu'à ce moment-là que les visiteurs se sont réveillés et ont ouvert le jeu. Guirassy a, lui aussi, manqué le but à la 69ᵉ, mais Silas, entré en jeu six minutes plus tôt, a fait mieux.

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)