Exclu - La leçon du "Maestro" Pirlo : "Au Qatar, je dis le Brésil, et en Ligue des champions, Naples"

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Exclu - La leçon du "Maestro" Pirlo : "Au Qatar, je dis le Brésil, et en Ligue des champions, Naples"
Exclu - La leçon du "Maestro" Pirlo : "Au Qatar, je dis le Brésil, et en Ligue des champions, Naples"
Exclu - La leçon du "Maestro" Pirlo : "Au Qatar, je dis le Brésil, et en Ligue des champions, Naples"
Profimedia
Face à face avec Andrea Pirlo. L'ancien milieu de terrain, champion du monde avec l'Italie en 2006, en vacances aux Etats-Unis, s'est confié en exclusivité à Diretta.it. L'ancien entraîneur de la Juventus a parlé de la Coupe du monde, mais aussi de la Ligue des champions, une compétition dans laquelle l'équipe de Luciano Spalletti est l'une des sérieuses candidates à la victoire.
Pirlo salue les lecteurs de Flashscore
Fabio Russomando

Cela fait 16 ans que l'Italie a remporté la Coupe du monde en Allemagne : en Mondiaux, on parle de quatre éditions. Deux d'entre elles sans les Azzurri. Un choc pour tous, même pour ceux qui ont soulevé cette coupe au ciel comme Andrea Pirlo.

Le "Maestro", après avoir donné des cours sur des terrains du monde entier, dessinant des trajectoires et des paraboles avec des jeux de pointes (1 Coupe du Monde, 2 Ligue des Champions, 1 Intercontinentale, 2 Supercoupes d'Europe, 6 Scudetti, 2 Coupes d'Italie, 3 Supercoupes d'Italie sont ses palamères, ndlr), a décidé depuis quelques années de partager son savoir avec des élèves plus ou moins célèbres.

Après une année d'expérience en tant qu'entraîneur de la Juventus ( avec une qualification pour la Ligue des champions, et deux trophées remportés en Coppa Italia et Supercoupe d'Italie), qui s'est terminée prématurément avec peut-être un peu trop de critiques au vu des résultats actuels des Bianconeri, il s'est envolé vers la rive ouest du Bosphore pour diriger Karagümrük, une équipe de Super Ligue turque. Le championnat est actuellement à l'arrêt, comme tous les autres, pour permettre la tenue de la Coupe du monde au Qatar. 

Et Pirlo en a profité pour passer de courtes vacances aux États-Unis, le pays où il a terminé sa carrière de footballeur. Un voyage entre Miami et New York pour faire une pause dans le football, sans dédaigner un no-look de son cru lors de la Coupe du monde.

Deuxième Coupe du monde sans l'Italie. Vous attendiez vous à cela ?

"C'est incroyable. Il était impensable d'imaginer deux Coupes du monde d'affilée sans l'Italie. Et pourtant, c'est comme ça, même si, à vrai dire, la plus grande déception a eu lieu il y a cinq ans contre la Suède."

Expliquez-nous pourquoi.

"Parce qu'il y a huit ans, l'Italie s'était toujours qualifiée auparavant. Il ne lui était jamais arrivé de ne pas aller à la Coupe du monde."

Et cette fois-ci, comment est-ce ?

"Si vous ne vous qualifiez pas dans le groupe et que vous recevez le Portugal en barrages, ça devient difficile. Si vous vous présentez ensuite contre la Macédoine, il n'y a pas grand-chose à ajouter. Beaucoup de points ont été perdus lors du tour de qualification : nous avons fait match nul en Irlande, puis avons raté nos pénalties contre la Suisse."

Comment expliquez-vous la non-qualification de cette année ?

"Nous avions toutes les cartes en main pour nous qualifier, mais peut-être que le championnat européen nous a inconsciemment conditionné. Après avoir remporté un trophée comme le Championnat d'Europe, vous pensez que la qualification est facile, mais la réalité était différente."

Quelle est votre idée de cette Coupe du monde d'hiver ?

"C'est un peu étrange de le voir à cette époque de l'année, mais ce qui m'intrigue le plus, c'est l'après-Coupe du monde. Nous devrons voir comment les joueurs vont finir."

Physiquement ou mentalement ?

"Mentalement, comment ils vont continuer la saison, à la fois pour ceux qui gagneront mais aussi pour ceux qui sortiront de ce tournoi les mains vides. "

Alors, la motivation fera-t-elle la différence ?

"Je pense que oui. Vous terminez la Coupe du monde en décembre. Si vous avez gagné, vous avez touché le ciel et par conséquent vous risquez d'abandonner, de lâcher prise, bref d'être épuisé mentalement. Si vous perdez, même chose : vous vous sentez mal et vous risquez un retour de bâton. Même histoire pour ceux qui ont dû le manquer à cause d'une blessure, comme Mané et Benzema par exemple. Jouer la Coupe du monde est le rêve de tous les joueurs. Quand on est si près du but et qu'on doit ensuite déclarer forfait, on risque un retour de bâton psychologique. "

Vous avez mentionné Mané et Benzema. Ils ne sont que deux des nombreux joueurs qui ont dû renoncer à la Coupe du monde pour cause de blessure. Une Coupe du monde anormale à cet égard également. Qu'en pensez-vous ?

"Je pense qu'il n'ont pas eu le temps de récupérer. Ils n'avaient qu'une semaine pour se préparer. Avec la Coupe du monde en été, vous avez généralement 15 jours, un mois. Si vous jouez une semaine après l'arrêt du championnat, c'est plus compliqué."

Neymar contre Pirlo
Profimedia

Ce sera un championnat de tous les instants pour beaucoup : Messi, Ronaldo, peut-être même Neymar. Qui sortira vainqueur ?

"Je vois le Brésil comme le favori."

Pourquoi ?

"C'est l'équipe la plus carrée, dans tous les départements. Ils ont également de l'expérience et ont l'habitude de gagner. Ils sont prêts pour ces engagements. Ces dernières années, ils ont fait du chemin en jouant plus ou moins toujours avec les mêmes."

Et les autres ?

"L'Argentine est forte, mais comme je l'ai dit, le Brésil semble plus complet. L'Espagne joue également bien, mais elle est jeune. Le Portugal est une bonne équipe, tandis que l'Allemagne est une inconnue. Ensuite, nous devrons voir la France, si elle sera affectée par les nombreuses blessures. Cependant, ils ont tellement de bons joueurs dans leur équipe qu'ils pourraient vraiment être l'électron libre du tournoi."

Les quatre demi-finalistes ? 

"L'Argentine, le Brésil, l'Espagne et l'Angleterre ou le Portugal, mais il y aura peut-être quelques surprises."

Messi et Pirlo
Profimedia

Beaucoup parlent de la Serbie comme de la surprise de cette Coupe du monde, qu'en pensez-vous ?

"Je ne sais pas s'ils iront jusqu'au bout. Ils ont une équipe avec des joueurs jeunes, mais déjà expérimentés. Les États-Unis peuvent aussi faire une bonne Coupe du monde. Ils ne sont pas mauvais, mais je m'attendais à quelque chose de plus. J'exclurais un nouvel exploit de la Croatie. Elle a atteint la fin de son cycle, tout comme la Belgique."

Vous avez commencé votre carrière d'entraîneur il y a quelques années, mais vous avez déjà eu l'occasion d'entraîner de grands champions à la Juventus : Dybala, Danilo et Ronaldo pour n'en citer que quelques-uns. Comment gérez-vous un vestiaire avec autant de stars ?

"Je pense qu'il est important de trouver le bon équilibre. Vous devez faire preuve d'empathie."

Comment vous entendiez-vous avec Ronaldo ?

"Très bien. C'est un personnage spécial, un vrai professionnel. "

Ronaldo et Pirlo travaillant ensemble à la Juventus
Profimedia

Et l'interview qu'il a donnée il y a quelques semaines contre Manchester United et son entraîneur ? Qu'est-ce que vous en pensez ?

"A mon avis, il voulait faire cette interview depuis longtemps. Je pense que c'était déjà préparé. "

Ne pensez-vous pas que le fait de le faire avant la Coupe du monde a augmenté la pression sur le Portugal ?

"Ronaldo a toujours eu la pression et l'aura toujours. Il peut le gérer. Je ne pense pas que ses déclarations aient conditionné le vestiaire portugais. S'il n'avait pas fait cette interview, on lui aurait quand même posé des questions sur Manchester pendant la Coupe du monde. Il a décidé de prendre de l'avance sur tout le monde et de "s'en débarrasser"."

Où vous voyez-vous dans quatre ans ?

"Ici (il dit en plaisantant, ndlr)."

En 2026, la Coupe du monde sera organisée par le Mexique, le Canada et les États-Unis. Aimeriez-vous être ici pour entraîner une équipe nationale ?

"Je veux d'abord bien évoluer avec mon club. Peut-être que la chance d'entraîner l'équipe nationale viendra plus tard. Ce serait une bonne chose."

L'équipe nationale italienne ?

"N'importe quelle équipe nationale. Ce serait bien de faire la Coupe du monde en tant qu'entraîneur."

Et comment voyez-vous Ancelotti à la tête d'une équipe nationale ?
"Je le vois bien, il peut entraîner n'importe quelle équipe nationale, ça pourrait être lors de la fin de sa carrière."

Est-il votre "modèle" ?

"Oui, sans aucun doute, il est une référence, en tant qu'entraîneur je m'inspire de lui. C'est une très bonne personne et un très bon coach. Il a gagné tout ce qu'il y avait à gagner."

La saison dernière, il a fait quelque chose d'unique en Ligue des champions. Qu'est-ce qu'il a de si spécial ?

"Il peut créer de l'empathie avec les joueurs, et ils jouent pour lui. Ce qu'il a fait en Ligue des champions était incroyable. "

Et cette année ? Qui remportera la Ligue des champions ?

"Je dirais City, mais aussi Naples."

Naples peut-il vraiment aller jusqu'au bout dans une compétition aussi difficile que la Ligue des champions ?

"Naples joue très bien et peut essayer. S'ils vont tous bien et si dans quelques mois ils sont toujours au même niveau qu'ils ont montré jusqu'à présent, ce sera difficile pour les autres."

A qui comparez-vous le Napoli de Spalletti ?

"A notre AC Milan, celui qui avait beaucoup de joueurs offensifs qui jouaient de manière divertissante. Le Napoli de Sarri était également agréable à regarder, mais celui-ci est plus méchant. Ils la jouent "redoutable". Les "grands" joueurs du club ont disparu et des jeunes  sont arrivés. Ils sont tous au même niveau et ceux qui méritent de jouer le font. Tout fonctionne et c'est grâce à l'entraîneur. Spalletti a fait un excellent travail."

La leçon a été apprise. Des mots du "Maestro".