Euroligue : Monaco aux forceps, l'ASVEL se noie en Grèce

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Euroligue : Monaco aux forceps, l'ASVEL se noie en Grèce
Okobo et les siens se sont fait peur.
Okobo et les siens se sont fait peur.
Profimedia
Favorite contre le Bayern, l'AS Monaco aura dû se battre jusqu'au bout pour retrouver le chemin de la victoire (80-79). En déplacement au Panathinaïkos, l'ASVEL n'aura jamais été dans le coup, et rentre dans le Rhône les valises pleines (77-58).

AS Monaco 80-79 Bayern

Proche de l'exploit contre Fenerbahçe mardi, Monaco devait impérativement profiter de la venue du Bayern pour relancer une série de victoires. Certes, les Allemands venaient de s'imposer sur le parquet de l'ASVEL, mais sur le papier, la Roca Team était favorite. 

Mais les Monégasques n'auront pas eu la partie facile. Accrochés à la pause (34-33), ils auront mis du temps à prendre la mesure du Bayern. Et alors qu'ils menaient de 9 points à 40 secondes du terme, ils vont se faire une énorme frayeur, et ne s'imposer que d'une unité. L'essentiel est fait cependant, et la Roca Team reste dans le peloton de tête de la compétition, grâce notamment à un bon Élie Okobo (16 points à 6/8 au tir). 

Panathinaïkos 77-58 ASVEL

L'ASVEL est sur la pente savonneuse, avec quatre défaites d'affilée, dont trois en Euroligue. La dernière, mercredi contre le Bayern, était franchement embarrassante. Et pour relancer, il y avait mieux que la chaude ambiance de l'arène du Pana. 

Malheureusement pour les champions de France, il n'y aura pas eu de match. À la pause, l'ASVEL avait déjà la tête au fond du seau (39-24). Par la suite, l'écart a allègrement franchi la barrière des 20 points. Déplorable longue distance, l'ASVEL n'aura jamais l'ombre d'une chance, malgré un baroud d'honneur. Une défaite 77-58 qui assombrit encore plus l'avenir européen des Rhodaniens.