Clermont résiste au retour du Racing 92 et se replace en Top 14

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Clermont résiste au retour du Racing 92 et se replace en Top 14
Urdapilleta encore déterminant.
Urdapilleta encore déterminant.
AFP
Porté par un début de match de feu, Clermont a mis la main sur la rencontre et géré son pécule pour dominer le Racing 92, qui s'est réveillé trop tard. Avant la trêve européenne, l'ASM revient dans la lutte pour les barrages.

Dernier match du samedi en Top 14, un choc très important pour l'ASM Clermont. Les joueurs de Christophe Urios pouvaient réintégrer le Top 6 en cas de victoire, mais il fallait pour cela dominer nul autre que le leader du classement, le Racing 92. Les Franciliens sont lancés cete saison, et venaient en Auvergne pour faire un coup. 

Ce qui donne un début de match serré, parsemé de quelques maladresses, mais rapidement, les Clermontois appuient sur l'accélérateur. Une bonne conquête, une animation de qualité de la part de Benjamin Urdapilleta, une alternance entre avant et trois quarts jusqu'à ce que George Moala trouve enfin la faille (10e). Le Racing n'y est pas, et encaisse un essai casquette dans la foulée sur un plaquage manqué transformé en or par Urdapilleta qui tape à suivre avec de la réussite pour envoyer Bautista Delguy à l'essai (17e). 

Le début de match est parfait, mais le jeu clermontois se délite alors, ce qui permet au Racing d'ouvrir son compteur au pied. Mais globalement, les Parisiens déjouent dans ce premier acte, entre mauvais choix et conquête défaillante. Pire, ils font des fautes grossières, comme un plaquage sans ballon inutile de Tedder juste avant la pause qui lui vaut un jaune. Urdapilleta en profite pour rajouter trois points à la sirène pour faire un vrai écart (17-6). 

Les Clermontois attaquent fort au retour des vestiaires, désireux de tuer le match pour de bon. en profitant de leur supériorité numérique. Mais ils n'inscriront que trois points de plus durant celle-ci, malgré des Franciliens à côté de leurs pompes. Stuart Lancaster lance alors son banc pour tenter d'inverser la tendance, et l'effet est presque immédiat, mais un sauvetage miracle de Sébastien Bézy empêche de transformer cet état de fait en points (56e). 

Les minutes passent, et les Racingmen perdent en lucidité, ne ramenant aucun point de leurs passages dans le camp clermontois. Les locaux se relancent alors à l'attaque, puisqu'il manque un essai pour le bonus offensif. Mais à dix minutes du terme, ils se font surprendre par une action simple mais efficace du Racing conclue entre les perches par Kamikamica. Le nul est encore envisageable pour les visiteurs. 

On ressent alors une tension chez les locaux, qui ont peut de voir le match qu'ils ont dominé leur échapper, comme en témoigne Bibi Biziwu qui récolte un jaune. Mais Urdapilleta profite d'une énième faute adverse pour passer trois points qui soulagent, et qui atténuent l'essai tardif de Donovan Taofifenua, qui offre le bonus défensif aux visiteurs. Clermon s'impose 23-13, sans bonus certes, mais ce résultat permettra de passer la coupure européenne au chaud. Le Racing repart avec un point précieux et repasse ainsi seul leader du Top 14.

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)