Multi' C1 : le Real terrasse Naples, suspense dans la poule A, Benfica déçoit encore

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Multi' C1 : le Real terrasse Naples, suspense dans la poule A, Benfica déçoit encore
Encore un but pour Jude Bellingham.
Encore un but pour Jude Bellingham.
AFP
Au terme d'un très bon match, le Real a eu la peau du Napoli et retarde la qualification des Italiens. Le Benfica s'est écroulé après la pause, encore, alors que Copenhague a pris un point surprenant et crucial au Bayern.

Bayern Munich 0-0 Copenhague

Match sans enjeu pour les Bavarois, déjà qualifiés et assurés de la première place, mais pas pour les Danois, qui pouvaient réussir un coup magnifique. Petitement, les Allemands ont pris le match en mains, mais ont dû attendre la demi-heure pour voir Thomas Müller manquer d'ouvrir la marque, d'une tête magnifiquement sortie par Grabara. Dominateurs, les locaux n'ont pourtant pas trouvé la faille avant la pause.

Ni après, malgré plusieurs situations chaudes, et plusieurs pénaltys déjugés par la VAR. Une domination stérile, de par le fait du grand match de Grabara dans les cages danoises. Jusqu'au bout, le Bayern a tenté, mais les jambes étaient lourdes, et ce nul ne change de toute façon rien. Pour Copenhague, en revanche, il vaut de l'or, puisque les Scandinaves seront qualifiés en cas de succès contre Galatasaray dans deux semaines.

Real Sociedad 0-0 RB Salzbourg

La Real jouait la première place de la poule, Salzbourg la Ligue Europa : le match n'était pas dépourvu d'enjeux. Mais s'est disputé sur un faux rythme, aucune équipe n'étant du genre à prendre le jeu à son compte. La domination était pourtant locale, mais malgré dix tentatives, pas moyen de forcer le coffre-fort autrichien. En particulier à cause de Alexander Schlager, impérial dans ses cages, notamment sur un coup franc splendide de Kubo. Match nul qui ne change rien pour la Sociedad : elle devra battre l'Inter pour terminer à la première place. Ce point ne suffit pas à Salzbourg, qui devra en prendre un autre dans deux semaines pour voir la Ligue Europa.

Benfica 3-3 Inter

Déjà éliminé, Benfica pouvait toutefois encore jouer la troisième place, et s'est enfin donné les moyens de ses ambitions. Le tout grâce à un ancien de la maison Inter, Joao Mario, qui s'est offert un doublé en moins d'un quart d'heure pour mettre les Aigles sur les rails. L'Inter, qui alignait une équipe renouvelée, a rapidement abdiqué, et Joao Mario a profité d'une apathie collective italienne pour s'offrir le hat trick avant la mi-temps. 

Dès la reprise, Marko Arnautovic a relancé un semblant de suspense en se montrant opportuniste sur un corner mal repoussé. Puis Frattesi, d'une volée réflexe au point de pénalty à l'heure de jeu, a totalement inversé le cours de la rencontre. Un état de fait définitivement confirmé à 20 minutes du terme, quand Benfica concède un pénalty qu'Alexis Sanchez se fait une joie de transformer. Cauchemar pour le Benfica, qui voit ensuite Antonio Silva se faire expulser, mais conservera le nul qui laisse un infime espoir de voir la Ligue Europa.

Braga 1-1 Union Berlin 

Une victoire, et Braga assurait à minima un ticket pour la Ligue Europa, en attendant mieux. La domination était portugaise, mais le carton rouge de Sikou Niakaté, coupable d'une vilaine faute sur Behrens à la demi-heure, a torpillé ces ambitions. Fatalement, les Allemands se sont enhardis, et Robin Goosens a trouvé la faille peu avant la pause. 

Mais dès la reprise, l'Union s'est sabordée en perdant un ballon crucial transformé en but par une lourde frappe de Alvaro Djalo. La pression locale va alors s'intensifier, mais sans résultat. L'infériorité numérique aura couté cher à Braga, qui devra aller gagner à Naples, alors que l'Union Berlin n'aura clairement pas son destin entre ses mains. 

Real Madrid 4-2 Naples

Déjà qualifié, le Real voulait assurer la première place contre des Italiens qui voulaient assurer leur qualification. Et qui l'ont prouvé en ouvrant le score en dix minutes grâce à un astucieux Giovanni Simeone, mais Rodrygo est venu doucher les ambitions dans la minute. Puis c'est l'inévitable Jude Bellingham qui a comme souvent mis les siens devant pour la plus grande joie du Bernabeu, qui fera ensuite la grimace en voyant sa star boiter bas peu avant la pause. 

Mais l'Anglais était bien là à la reprise, pour rapidement voir André-Franck Zambo-Anguissa égaliser en force en deux temps, avec de la réussite. Le match devient alors spectaculaire, chaque équipe ayant sa période, mais c'est finalement le jeune Nicolas Paz qui délivre Los Blancos avec une frappe lointaine sur laquelle Alex Meret, pourtant en vue de soir, n'est pas exempt de tout reproche. Première place assurée pour le Real qui a plié l'affaire grâce au but de Joselu dans les arrêts de jeu, mais Naples aura son destin en main lors de la dernière journée. 

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)