Here we go ! Comment Fabrizio Romano est devenu le journaliste le plus respecté du monde du football

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Here we go ! Comment Fabrizio Romano est devenu le journaliste le plus respecté du monde du football
Fabrizio Romano est un nom connu dans le monde du football.
Fabrizio Romano est un nom connu dans le monde du football.
@FabrizioRomano
Bienvenue dans le monde des scoops garantis ! Cette source n'est ni une agence ni une chaîne de télévision : il s'agit de l'Italien Fabrizio Romano, 30 ans. Ce qu'il publie sur son compte Twitter est généralement exact et ses informations sont souvent les plus rapides.

Here we go! 

C'est le moment où vous devez être vigilant. Un transfert important est sur le point d'être annoncé. L'information est généralement diffusée avant que les clubs eux-mêmes ne la confirment quelques heures ou quelques jours plus tard, mais Fabrizio Romano sait déjà que c'est fait - la spéculation a été confirmée par ses sources, qui sont les agents, les représentants des clubs et parfois les joueurs eux-mêmes. Des contacts qu'il a noués au cours de 14 années d'un travail très attrayant mais difficile.

"Here we go !" Cette phrase est devenue la marque de fabrique d'un garçon qui est tombé amoureux du football et qui a commencé à écrire sur le sujet à l'âge de 16 ans.

Ce n'est que trois ans plus tard que son histoire a vraiment démarré, lorsqu'il est entré en contact avec l'agent de Mauro Icardi, alors membre de La Masia à Barcelone. Puis, alors qu'il n'est encore qu'un adolescent qui se familiarise avec Twitter, il annonce au monde entier que le talent argentin va rejoindre la Sampdoria. Six mois plus tard, le transfert aura effectivement lieu.

Les sources restent confidentielles

Un premier bon contact avait été établi. Lorsque, deux ans plus tard, Icardi est transféré à l'Inter, Romano est le premier à le signaler au monde entier. "J'ai simplement rappelé à l'agent que je l'avais aidé il y a quelque temps et que c'était à son tour de m'aider", s'est souvenu le journaliste italien au New York Times l'année dernière.

Le compte Twitter du jeune homme de Naples s'est peu à peu rempli d'informations de toutes sortes, qui avaient souvent un caractère exclusif. Cela était principalement dû au fait qu'il était l'assistant du respecté journaliste italien de Sky Sports, Gianluca Di Marzio. "C'est un journaliste extraordinaire dont j'ai tout appris", reconnaît Romano. Il a ensuite commencé à se constituer un réseau de contacts.

Mais si vous lui demandez qui lui fournit des informations, vous n'aurez pas de réponse. "Les relations positives avec les agents, les directeurs sportifs des clubs et d'autres sources sont très importantes et je ne peux pas les nommer. Tout est basé sur la confiance mutuelle", explique ce jeune homme de 30 ans au visage frais. Mais il ajoute que la famille, en particulier sa mère Susanna, a joué un rôle tout aussi important dans la construction de sa carrière. "Elle m'a toujours donné la liberté de suivre mes rêves, même si c'était souvent un risque insensé".

S'il semble que Romano soit aujourd'hui le maître intrépide du Twitter footballistique et  il est conscient que certaines informations brûlantes viennent d'une autre galaxie. "Quand j'ai annoncé il y a deux ans que Zinedine Zidane quittait le Real Madrid, c'était une exclusivité totale, je me suis vraiment arrêté et j'ai commencé à appeler mes amis. Bon sang, je suis le premier au monde à parler du Real et d'une légende comme Zidane !", peut-on lire dans le tweet, qui a reçu 150 000 likes, 25 000 retweets et 14 000 commentaires.

Il y a aussi d'autres messages forts. "J'ai reçu l'information que Lorenzo Insigne allait partir pour Toronto. Vous savez, je suis originaire de Naples et Insigne est une légende dans cette ville. Pour moi aussi, c'était une idole. Et soudain, j'ai annoncé son transfert avec une vidéo, que Toronto a ensuite partagée sur son compte", a-t-il avoué.

Romano a réussi à construire sa marque sportive médiatique, en produisant son propre contenu sur les plateformes de médias sociaux. Il ne s'agit pas seulement de Twitter, où près de 16 millions de personnes le suivent, mais aussi de sa chaîne YouTube, où son podcast est suivi par près de deux millions de fans, et de son compte Instagram, qui compte 18 millions d'abonnés.

Grâce à sa réputation et à son expertise, il a été approché par des médias prestigieux. En plus de sa langue maternelle, l'italien, il parle également le portugais, l'anglais et l'espagnol. Il est correspondant du Guardian et collaborateur de la chaîne américaine CBS Sports.

Lorsqu'il a reçu le prix du meilleur journaliste sportif des mains de l'emblématique entraîneur Fabio Capello à Dubai l'année dernière, il a compris qu'il avait vraiment le respect de tout le monde dans le monde entier. Dans le même temps, il s'est également excusé auprès de ses proches d'être souvent ailleurs en esprit qu'il ne devrait l'être. "J'espère que tous mes amis extraordinaires comprennent mon point de vue sur le téléphone 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, même si nous sommes en train de dîner. Parce que chaque message, chaque appel, ce n'est pas seulement le football ou le travail, c'est ma vie..."

Il sait également que, compte tenu du rythme effréné de l'industrie, il s'est engagé dans une voie qu'il ne peut pas se permettre d'abandonner. "Quel que soit le message que vous diffusez et dont vous vous enorgueillissez, en cinq minutes, il n'existe plus pour vous. Celui qui s'arrête est perdu sur le marché des transferts".

Retrouvez une interview exclusive de Fabrizio Romano sur Flashscore News lundi !

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)