Interview Flashscore - Thibault Tricole, participant au championnat du monde de fléchettes

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Interview Flashscore - Thibault Tricole, participant au championnat du monde de fléchettes
Thibault Tricole pourrait révolutionner le monde des fléchettes en France.
Thibault Tricole pourrait révolutionner le monde des fléchettes en France.
Profimedia
Dans de nombreux sports, la France est au sommet de la chaîne alimentaire, mais dans le domaine des fléchettes, la situation est complètement différente. Thibault Tricole veut changer cela. Ce joueur de 34 ans est le premier Français de l'histoire à avoir réussi à se qualifier pour les championnats du monde PDC à l'Alexandra Palace. Flashscore a interviewé Tricole en exclusivité et a parlé avec lui de la Coupe du monde, du jeu de fléchettes en France et de sa vie de professionnel.

Sur le circuit World Darts Federation, Thibault Tricole avait déjà atteint la finale de la Coupe du monde en 2022 et n'avait échoué que de peu face à Neil Duff. En juin 2023, il avait réussi à se hisser à la surprise générale jusqu'en quart de finale de la World Cup of Darts aux côtés de Jacques Labre. Mais la doublette composée de Gary Anderson et Peter Wright était trop forte pour la paire française. Grâce à sa victoire lors du West European Qualifier à la mi-novembre, Tricole s'est maintenant assuré un ticket pour l'Ally Pally – pour la première fois de sa carrière.

Ta première dans ce lieu de tradition, qu'est-ce que ça fait d'y être enfin parvenu ?

C'est le couronnement de la saison pour tout joueur professionnel. La participation au championnat du monde de la Professionnal Darts Corporation est pour beaucoup le plus grand rêve de notre sport. Lorsque j'ai joué en 2020 à l'O2 Arena BDO et l'année dernière à Lakeside en WDF, j'étais déjà très fier d'y être parvenu. Quand j'étais plus jeune, je rêvais d'être aux championnats du monde et de voir Martin Adams et Phil Taylor participer aux deux championnats du monde qui se sont déroulés l'un après l'autre en décembre et janvier, et maintenant, j'y participe moi-même.

Les championnats du monde PDC sont le Saint Graal. Tous les Français qui s'intéressent aux fléchettes regardent l'événement. L'ambiance à la PDC est extraordinaire et même les Français qui n'ont rien à voir avec les fléchettes sont impressionnés. Il y a aussi de plus en plus de gens qui vont à Londres pour regarder, j'espère que ce sera aussi le cas lorsque je jouerai mon match d'ouverture.

L'essor des fléchettes en France

Dans quelle mesure les médias français parlent-ils de toi en ce moment, te donnent-ils plus d'attention ?

Voilà peu, j'ai fait une apparition dans une émission en direct sur la chaîne L'Équipe. Il y a eu quelques articles de presse, mais pas autant que pour ma deuxième place aux championnats du monde WDF l'année dernière. C'est aussi compréhensible. Les fléchettes sont loin d'être au niveau de l'attention que reçoivent les autres sports en France. Mais c'est déjà quelque chose de grand que de pouvoir passer à la télévision, personne n'aurait pu imaginer cela, il y a cinq ans, pour un joueur de fléchettes professionnel français.

As-tu le sentiment que le sport des fléchettes se développe en France et pourrait faire des vagues comme dans d'autres pays – te considères-tu même comme un modèle ?

Oui, le jeu de fléchettes se développe, mais plus lentement que dans les pays d'Europe du Nord comme l'Allemagne ou la Belgique, qui sont heureusement nos voisins. C'est pourquoi j'ai de grands espoirs que cela déborde chez nous. Nous avons en tout cas besoin d'icônes ou de modèles dans le sport pour enthousiasmer le grand public, Jacques Labre est à cet égard une grande figure en France et je me vois moi aussi dans le rôle d'enthousiasmer les autres pour les fléchettes.

"Un tournoi à domicile dans les cinq prochaines années"

La Fédération française s'efforce-t-elle de développer d'autres professionnels ou n'y a-t-il pas d'efforts importants pour la relève ?

Bien sûr que la FFD veut former d'autres Français de haut niveau. Nous ne devons pas oublier ici Jacques Labre, qui a une Tour Card depuis janvier. Plus nous aurons de joueurs français, plus nous aurons de chances d'obtenir de bons résultats et automatiquement, plus de gens parleront des fléchettes en France.

Thibault Tricole avec Jacques Labre lors de la World Cup of Darts.
AFP

Quand y aura-t-il un tournoi de haut niveau en France ?

Ce serait un grand rêve qui ne semble pas impossible. Tout est entre les mains de la PDC. Mais ils attendront le bon moment, comme ils l'ont fait en Pologne et en Belgique. Nous n'en sommes pas encore là. J'espère que dans les cinq prochaines années, nous pourrons avoir un tournoi dans notre pays.

Dans ta situation actuelle, peux-tu vivre du sport ?

Je peux en vivre depuis deux ans, grâce à quelques bons sponsors, mais surtout grâce à quelques bons résultats en WDF et PDC. Je ne nage pas dans l'argent, mais je vis avec un minimum qui me permet de payer mon loyer et de nourrir ma famille. J'espère gagner plus à l'avenir pour pouvoir investir dans le développement des fléchettes en France.

Différence de performance par rapport à la WDF

Quels objectifs t'es-tu fixé pour le tournoi, qu'est-ce qui est possible avec ta forme exceptionnelle ?

Le fait de participer est déjà un succès, mais cela ne veut pas dire que je n'y vais pas avec motivation. Au contraire, je suis impatient de monter sur scène. Mon objectif est de gagner mon premier match et surtout de m'amuser. Le gros problème, c'est que c'est contre Mario Vandenbogaerde, mon ami le plus proche sur le circuit. C'est évidemment un mauvais tirage au sort, car pour l'un de nous deux, c'est directement la fin du championnat du monde. Mais si je parviens à remporter mon premier match, je sais qu'un match de deuxième tour contre un adversaire solide m'attend en récompense. Nous verrons bien jusqu'où cela nous mènera à la fin.

Dans quelle mesure penses-tu que le niveau de jeu diffère entre la BDO/WDF et la PDC ?

La WDF est maintenant l'organisation qui aide les meilleurs joueurs amateurs à atteindre le niveau PDC en les préparant le mieux possible avec des tournois de qualité. Depuis quelques années, la PDC parvient à attirer les meilleurs joueurs de la BDO/WDF, si bien que la différence de performance entre les deux ne cesse de s'accroître. Cela ne signifie pas pour autant qu'il n'y a pas de très bons joueurs parmi les amateurs et les semi-professionnels. La différence se fait au niveau de la constance et de l'expérience.

Selon toi, qui est le favori pour le titre cette année ?

Il y a quelques personnes qui auraient l'étoffe cette année, bien sûr Luke Humphries serait un candidat après sa saison grandiose, Gerwyn Price a aussi l'étoffe pour le titre. Mais finalement, c'est très serré cette année et il y a au moins 10 joueurs qu'il faudrait compter parmi les favoris les plus proches, nous verrons ce que le tournoi nous réserve.

Interview réalisée par Henri Briese.
Flashscore
France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)