Coupe du monde de ski alpin : Qui peut battre Marco Odermatt ?

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Coupe du monde de ski alpin : Qui peut battre Marco Odermatt ?
Coupe du monde de ski alpin : Qui peut battre Marco Odermatt ?
Coupe du monde de ski alpin : Qui peut battre Marco Odermatt ?
Profimedia
Révélation foudroyante des deux dernières saisons, Marco Odermatt est désormais le patron du ski mondial. Mais la concurrence a les dents longues, à commencer par Aleksander Aamodt Kilde, alors que côté français, Alexis Pinturault tentera de retrouver sa splendeur passée.

La saison passée, on a assisté à l'avènement d'un nouveau crack du circuit mondial. Marco Odermatt a dominé la saison de bout en bout, et largement remporté son premier gros globe de cristal. La concurrence, menée par Aleksander Aamodt Kilde, n'a plus qu'à retenter sa chance cette saison, dont le point culminant sera les Mondiaux de Courchevel-Méribel.

Marco Odermatt, vraiment intouchable ?

7 succès et 16 podiums au total, la saison de Marco Odermatt a été époustouflante. Le gros globe de cristal, le petit du géant et le titre de champion olympique dans cette spécialité, le Suisse a tout gagné, et confirmé son ascension de la saison précédente, où il avait pris la deuxième place du classement général. 

À 25 ans, le voilà déjà au sommet du ski mondial. Alors, tient-on là le nouveau phénomène du circuit mondial ? Le digne successeur de l'immense Marcel Hirscher, huit fois vainqueur du gros globe de cristal d'affilée entre 2012 et 2019 ? 

Déjà, il est excellent dans trois disciplines, quatième du classement en descente et deuxième en Super-G, en plus de sa domination en géant. Un large éventail qui lui permettre de marquer de points tous les weekends. Mais surtout, il dégage une impression de facilité, comme s'il était intouchable. Le genre de sentiments qu'on ressentait quand on voyait son prédécesseur autrichien skier. 

Alors, il est certain que les concurrents auront envie de déboulonner la nouvelle icône du circuit. Les prétendants sont nombreux, et on imagine que la meute sera à fond dès l'ouverture dimanche, lors du géant de Solden.

Aamodt Kilde aux aguets

En premier lieu,  Aleksander Aamodt Kilde. Le Norvégien a amassé deux petits globes la saison passée (descente et Super-G) et la deuxième place du classement général. Mais il a manqué son rendez-vous olympique, ne ramenant qu'une médaille de bronze. 

Sa limitation sur les épreuves techniques est le principal frein à une véritable chance de sacre au classement général. Cela pourrait suffire en tant normal, mais pas face à un phénomène comme Odermatt, qui a plus de cordes à son arc.

S'il s'est aligné en géant à plusieurs reprises, il n'a pas encore réalisé de podium dans cette spécialité. Il devra pourtant en passer par là pour augmenter ses chances. Mais comme il ne compte aucun titre olympique ni mondial, les Championnats du monde seront sans doute une belle occasion de garnir son palmarès. Si Odermatt n'est pas dans les parages. 

Les anciens ont la peau dure

L'an dernier, on a assisté au retour en forme d'Henrik Kristoffersen. Après une saison 2021 compliquée, il est revenu en force avec cinq victoires, autant que sur les deux saisons précédentes cumulées. Et surtout, le troisième petit globe de slalom de sa carrière. Mais cela reste encore un peu court pour un skieur à qui on promettait le graal dès que Marcel Hirscher prendrait sa retraite.

Matthias Mayer a lui décroché sa troisième médaille d'or en autant de Jeux Olympiques. Une anomalie pour un skieur qui n'a même jamais remporté le moindre petit globe en carrière. Un autre champion olympique, Beat Feuz, pourrait lui aussi être dans le coup, mais lui aussi est trop limité techniquement. 

La colonie autrichienne n'a signé qu'un seul podium au classement général depuis la retraite de Hirscher, et devra montrer autre chose pour avoir une chance. Outre Mayer, Manuel Feller, très en vue l'an dernier, ainsi que le double champion du monde 2021 Vincent Kriechmayr seront attendus. 

Et les Français ? 

Lauréat du gros globe de cristal en 2021 (premier Français depuis Luc Alphand en 1997), Alexis Pinturault n'a clairement pas réussi la défense de son titre, avec une dixième place au classement général, et surtout, aucune victoire pour la première fois depuis 2011/12. Une hérésie pour un skieur qui était enfin parvenu au graal la saison passée après avoir subi la domination de Marcel Hirscher pendant tant d'années.

Il a reconnu lui-même qu'il était éreinté après avoir enfin touché au but, ce qui avait affecté sa saison. Mais il semble regonflé à bloc pour récupérer son bien, et sera la tête d'affiche, en compagnie d'un skieur cependant bien plus en réussite la saison dernière.

En effet, Clément Noël a été sacré champion olympique du slalom, un accomplissement incroyable. Il lui faut désormais acquérir la régularité pour enfin décrocher le petit globe du slalom qu'on lui promet depuis tant d'années. En argent à Pékin sur la descente, Johan Clarey, la quarantaine triomphante, est reparti pour un tour.

Quand à Mathieu Faivre, comme Noël, il a connu une saison irrégulière, mais a réussi à accrocher une médaille de bronze olympique. Champion du monde en titre, il voudra comme tous ses compatriotes briller à domicile lors des Mondiaux de Courchevel-Méribel. Mais avant, il faudra commencer la saison dimanche en géant. La discipline favorite d'un certain Marco Odermatt. 

 

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)