L'Italie, rampe de lancement vers la 2ᵉ place dans le Six Nations pour le XV de France

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
L'Italie, rampe de lancement vers la 2ᵉ place dans le Six Nations pour le XV de France
François Cros et les Bleus à la relance.
François Cros et les Bleus à la relance.
Profimedia
Avant de retrouver les nations britanniques, le XV de France a rendez-vous avec son voisin italien. Une belle occasion d'enfin monter en régime, la 2ᵉ place n'étant pas acquise, mais il faudra montrer plus que lors des deux premières journées.

Le contexte

On attend toujours de voir le vrai visage du XV de France. Submergés à Marseille contre l'Irlande, les Bleus ont relevé la tête en allant chercher un succès pas franchement attendu en Écosse. Mais l'objectif victoire finale est quasiment illusoire, sauf faillite celte, et se concentrer sur la deuxième place est le mieux que les Français puissent faire.

Si Fabien Galthié avait déclaré après le match en Écosse qu'il était "satisfait du contenu", s'il l'a répété vendredi matin en conférence de presse, l'objectif ne sera pas le même contre la Squadra Azzura. Une victoire nette est attendue, histoire de lancer enfin ce nouveau cycle de quatre ans. Et avant de ferrailler avec Gallois et Anglais pour finir, Lille doit voir le vrai visage des Bleus, celui de l'équipe qui dominait le monde du rugby, il n'y a pas si longtemps. 

Les compositions

XV de France

15. Ramos ; 14. Penaud, 13. Fickou, 12. Danty, 11. Lebel ; 10. Jalibert, 9. Lucu ; 7. Ollivon, 8. Cros, 6. Boudehent ; 5. Tuilagi, 4. Woki ; 3. Atonio, 2. Mauvaka, 1. Baille.

Remplaçants : 16. Marchand, 17. S. Taofifenua, 18. Aldegheri, 19. R. Taofifenua, 20. Roumat, 21. Abadie, 22. Le Garrec, 23. Moefana.

XV d'Italie

15. Capuozzo ; 14. Menoncello, 13. Brex, 12. Mori, 11. Ioane ; 10. Garbisi, 9. Page-Relo ; 7. Lamaro (cap), 8. Vintcent, 6. Favretto; 5. Ruzza, 4. Cannone ; 3. Zilocchi, 2. Nicotera, 1. Fischetti.

Remplaçants : 16. Lucchesi, 17. Spagnolo, 18. Ferrari, 19. Canali, 20. Zambonin, 21. Zuliani, 22. Varney, 23. Marin.

Le joueur à suivre : François Cros

Capitaine désigné pour ce tournoi, Grégory Alldritt est forfait pour l'Italie, même s'il reviendra avant la fin du Six Nations. Au lieu d'aller chercher un réel spécialiste du poste, le staff a fait décaler un des meilleurs Bleus, si ce n'est le meilleur, lors du voyage en Écosse : François Cros. 

"Il n’y a pas d’inquiétude par rapport à ça. Il est certain que ce n’est pas un poste auquel j’ai l’habitude de jouer en club, mais il m’arrive tout de même d’y être positionné. Et cela fait plusieurs années que je tourne sur ce poste lors des entraînements. Il me convient, j’aime bien jouer dans cette position." Interrogé en conférence de presse, il n'a pas renâclé à cette mission.

Ayant terminé à ce poste contre l'Italie et ayant été décisif sur l'essai de la victoire, il devrait poursuivre sur sa lancée. Interrogé sur ses qualités à ce poste si particulier, il n'a pas caché certaines inspirations "Je suis certain de ne pas avoir le physique de Julien (Galland), et je suis encore davantage certain de ne pas disposer des qualités techniques d’Albert Cigagna. Il faut prendre un peu de chacun pour étoffer sa palette." Il aura là une belle occasion de faire ses preuves et de se rendre encore plus indiscutable.

La clé du match : la manière et la maîtrise

Les Italiens ont parfois montré certaines belles choses sur les deux premiers matchs. Au point de menacer jusqu'au bout l'Angleterre à domicile, avant de livrer une prestation honorable en Irlande. Mais la Squadra Azzura reste promise, sauf miracle, à la dernière place, voire à la cuillère de bois. Une équipe pour s'étalonner donc, et surtout pour montrer que le XV de France de 2022 existe toujours, même sans sa star partie tâter du Sevens.

Les Bleus doivent donc apporter de la justesse et de la maîtrise, surtout en conquête. Six touches perdues en deux matchs avec des sauteurs comme Woki ou Ollivon, c'est trop. 37 plaquages manqués, c'est trop. Il faut revenir aux bases, qui ont fait le succès de la France : une conquête impeccable, des lancements soignés, et surtout une envie de faire mal dès la première minute. Gagner petitement serait décevant, perdre serait une hérésie. 

Pronostic

On imagine mal cependant les Bleus faillir à leur mission. Les Italiens ont beaucoup de courage à opposer. 32-18, c'est le score moyen en faveur de la France lors des cinq dernières visites italiennes dans le cadre du Six Nations. Et puisque les Transalpins en ont pris 63 lors de la dernière Coupe du monde, impossible de ne pas envisager une victoire bonifiée avec au moins 10 points d'écart. Le minimum syndical pour qu'on puisse croire à une fin de Tournoi en bonne et dur forme. 

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)