Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Euro 2024 - Italie : Luciano Spalletti devra composer avec de nombreuses absences de poids

Luciano Spalletti, pensif.
Luciano Spalletti, pensif.ALBERTO PIZZOLI / AFP
Il y a plusieurs joueurs sur lesquels le sélectionneur de la Squadra Azzurra aurait aimé compter et qui, en raison de blessures et de disqualifications, sont restés à la maison. C'est pourquoi, à quelques jours de l'Euro 2024, la force de son équipe nationale devra dépendre du groupe, même si l'on sent qu'il manque quelque chose, notamment en termes de qualité.

Une Italie façonnée par le travail et les idées, digne des attentes de tout un pays qui rêve de nouvelles nuits magiques. Tel est le mantra de l'entraîneur des Azzurri, Luciano Spalletti, qui, au milieu des espoirs et du désir de redémarrer, lance son équipe nationale vers le défi attendu et compliqué d'un Euro à disputer en tant que champion en titre, mais avec le handicap d'avoir manqué la Coupe du monde pour la deuxième fois de son histoire.

Une double déception difficile à oublier (Russie 2018 et Qatar 2022) à laquelle s'est ajoutée l'adieu fracassant de Roberto Mancini. Un changement de cap aussi inattendu que soudain qui a conduit l'entraîneur de Naples à prendre la tête d'une Italie qui semblait à la dérive puisqu'elle ne s'était pas encore qualifiée pour l'Euro.

Et pourtant, en un peu moins de trois mois, les Azzurri, emmenés par le technicien toscan, ont décroché la qualification et, même placés dans un groupe B avec l'Espagne, la Croatie et l'Albanie, elle veut défendre son titre.

Les points forts

Arrivé à la tête du navire azzurro, Spalletti a immédiatement apporté son credo footballistique qui l'a vu triompher à Naples avec un 4-3-3 capable d'allier le beau jeu aux résultats au nom d'une mentalité de vainqueur. Une alchimie faite de relances et d'échanges courts soutenus par une défense de fer, mais aussi capable de mettre en place des actions.

Son Italie, en somme, est une équipe qui joue au football et qui essaie - quelles que soient les caractéristiques de l'adversaire - de jouer le jeu en mettant en œuvre les idées de son entraîneur. Qu'elle y parvienne ou non, c'est une autre affaire. Après un passage à vide lors de son entrée en lice contre la Macédoine du Nord, l'équipe nationale s'est lentement redressée, obtenant le laissez-passer pour l'Allemagne et montrant un football proactif prêt à expérimenter différentes configurations tactiques.

L'Italie sera basée sur un bloc de joueurs de l'Inter, avec Barella au milieu de terrain, Frattesi, Di Marco et Darmian en défense, où Acerbi, absent en raison des séquelles d'une pubalgie, a dû être remplacé à la dernière minute.

En attaque, on espère trouver Chiesa, qui devrait faire équipe avec le bombardier Scamacca. L'attaquant a effectué une fin de saison mémorable et est devenu un grand protagoniste de l'Atalanta. Dans les buts, le capitaine Donnarumma n'a jamais été remis en question malgré une dernière saison au PSG peu fameuse.

Les points faibles

"Maintenant le meilleur est à venir", avait commenté Spalletti juste après la qualification. Ce n'est pas seulement dans le niveau qui s'élève inévitablement, mais aussi dans le travail que le sélectionneur a en tête.

L'Italie se trouve dans un groupe difficile, mais se projette avec optimisme vers l'Euro.

Outre Acerbi (remplacé par le joueur de la Juventus Federico Gatti) et Giorgio Scalvini, Domenico Berardi, ne sera pas présent. Pour l'attaquant de Sassuolo, la malchance continue.

Pas de chance non plus pour Destiny Udogie : le joueur de Tottenham a dû se faire opérer à la fin du mois d'avril. Il ne faut pas non plus oublier les absences de Nicolò Zaniolo et de Sandro Tonali, toujours disqualifié pour l'affaire des paris.

Et quand on sait que le football italien ne vit pas ses meilleurs moments, notamment sur le plan qualitatif, de telles absences pourraient représenter le véritable point faible de Spalletti.

La composition probable

Les blessures d'Acerbi et de Scalvini ont poussé le sélectionneur à revenir à une défense à quatre, comme lors du premier test-match contre la Turquie, même si le technicien toscan a trouvé le bon équilibre en passant à une formation à trois.

C'est pour cette raison que nous proposons deux formations de départ en fonction du module que Spalletti choisira, en soulignant toutefois que le 4-2-3-1 déployé contre la Turquie a été dicté par l'indisponibilité de certains de ses joueurs et que, par conséquent, le sélectionneur devrait presque certainement miser sur le 3-4-2-1 utilisé contre la Bosnie.

Le 4-2-3-1 de Spalletti contre la Turquie
Le 4-2-3-1 de Spalletti contre la TurquieFlashscore

 

Le 3-4-2-1 du sélectionneur contre la Bosnie-Herzégovine
Le 3-4-2-1 du sélectionneur contre la Bosnie-HerzégovineFlashscore

Dans un tournoi qui, au mieux, dure un mois, Spalletti est conscient que, plus que le nom, c'est le moment de la forme qui sera crucial. Et à cet égard, Di Lorenzo ne semble pas être arrivé avec des batteries chargées au camp d'entraînement, c'est pourquoi il pourrait perdre le statut de titulaire au profit de Bellanova.

Il en va de même pour la charnière centrale, où Mancini espère toujours ravir le maillot de Buongiorno, bien que le joueur de la Roma n'ait pas montré de grandes choses contre la Turquie. Spalletti sait néanmoins qu'il peut compter sur lui, tout comme il sait qu'il dispose d'une arme supplémentaire avec Frattesi, l'un des rares à pouvoir donner de la profondeur à l'action.

Un milieu de terrain plus dynamique

La présence de Nicolò Fagioli dans la liste des joueurs convoqués avait semblé, plus que toute autre chose, une décision symbolique par laquelle Spalletti - et, derrière lui, toute la Fédération - voulait envoyer un message, en ramenant le milieu de terrain de la Juventus pour l'aider à surmonter le pire moment de sa carrière.

Au fil des jours et surtout des entraînements et des matches, l'entraîneur s'est toutefois rendu compte qu'au cours de ces sept derniers mois, Fagioli a travaillé non seulement mentalement, mais aussi physiquement. C'est pour cette raison que son inclusion dans la liste définitive n'est surprenante que jusqu'à un certain point.

Et oui, parce que le milieu de terrain bianconeri a fait comprendre qu'il peut apporter à l'entrejeu azzurro le dynamisme que Jorginho ne semble plus en mesure de donner pendant 90 minutes, du moins pas au plus haut niveau, même si le retour dans l'équipe de Barella, aidera tout le monde dans ce domaine.

Le vestiaire actuel de la Squadra Azzurra
Le vestiaire actuel de la Squadra AzzurraGetty Images via AFP

Spalletti n'a pas le choix en attaque : il devra s'appuyer sur le duo Chiesa-Scamacca, seul capable de faire trembler ce qui est probablement le secteur le moins talentueux des Azzurri.

Une entente à chercher et à trouver au plus vite, notamment parce que le Championnat d'Europe doit commencer par une victoire contre l'Albanie : tout autre résultat, compte tenu des autres adversaires du groupe, serait désastreux.

Et comme si cela ne suffisait pas, une simple victoire pourrait ne pas être suffisante pour se qualifier pour les huitièmes de finale, c'est pourquoi il sera fondamental de marquer, si possible, quelques buts supplémentaires. En résumé, il faut espérer que le jour de l'entrée en lice des Azzurri dans la compétition, l'entente entre les attaquants de la Juventus et de l'Atalanta soit au beau fixe.

Notre pronostic

Le tournoi des Azzurri débutera le 15 juin, à Dortmund. Puis se poursuivra le 20 contre l'Espagne à Gelsenkirchen, et se clôturera le 24 contre la Croatie, à Leipzig.

L'Italie sait qu'elle affrontera comme premier un repêché, comme second le deuxième du groupe A (Allemagne, Hongrie, Suisse et Écosse), à la place le vainqueur du groupe F.

L'objectif l'Italie est de viser un rappel. Cependant, compte tenu de la valeur absolue d'équipes nationales telles que la France, l'Angleterre et le Portugal, et du fait que l'Allemagne joue à domicile, atteindre les demi-finales pourrait déjà être une grande source de satisfaction pour les Azzurri.

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)