Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Euro 2024 - Hongrie : Les Magyarok se rendent en Allemagne en tant qu'outsiders mais ont Szoboszlai

Szoboszlai est la star de l'équipe.
Szoboszlai est la star de l'équipe.AFP
Se lancer dans un tournoi en tant qu'outsider est risqué. Pourtant, on ne peut s'empêcher de penser que la Hongrie est bien la détentrice légitime de cette étiquette cette année, et qu'elle a toutes les chances d'être à la hauteur de l'événement.

La Puskas Arena de Budapest a accueilli le dernier Euro, la finale de l'Europa League l'année dernière et bientôt la finale de la Ligue des champions (2026). L'infrastructure du football dans le pays est florissante, et l'équipe nationale hongroise a prospéré avec elle, évoluant régulièrement vers une attitude sophistiquée et confiante.

La différence entre les deux dernières campagnes de qualification en est la preuve. Alors que les Hongrois se sont qualifiés pour l'Euro 2020 sans avoir le ballon la plupart du temps, ils ont bénéficié d'une possession de 58 % en moyenne sur le chemin de l'Euro 2024. Là où d'autres "petites" équipes nationales ont longtemps misé davantage sur le chaos et la simplicité, la Hongrie dispose d'une structure claire, intégrant de nouveaux éléments tangibles issus de la scène des clubs dans son jeu, et ce de plus en plus à chaque match.

Il est bien sûr possible que, malgré tous ces signes positifs, les Hongrois déçoivent. Cependant, avec le groupe dont ils disposent et les résultats récents qu'ils ont obtenus contre des équipes de premier plan, cela semble très improbable.

Vers un nouvel Euro

La campagne de qualification de la Hongrie a été historique.

La dernière fois qu'elle a atteint un tournoi sans passer par les éliminatoires (la Coupe du monde 1986), seuls six joueurs participant à l'Euro 2024 étaient nés : Luka Modric, Manuel Neuer, Jesus Navas, Giorgi Loria, Pepe et Cristiano Ronaldo. Et la dernière fois que les joueurs sont restés invaincus en qualifications (Coupe du monde 1966), ils ont dû jouer quatre matches au lieu de huit.

Au-delà de cela il faut remonter à novembre 1981, le mois même où la Mauritanie abolissait l'esclavage. Cela dit, le groupe hongrois a toujours semblé très facile à défaire.

Un coach héros national

Imaginez que vous affrontiez les champions du monde en titre, les champions d'Europe en titre et l'Allemagne lors de votre premier Euro. Imaginez ensuite que vous gagniez le cœur de tout un public en privant de points deux de ces adversaires étoilés.

Maintenant, représentez-vous votre rêve de participer à votre première Coupe du monde en tant qu'entraîneur qui s'écroule à cause de deux matchs mal gérés contre l'Albanie, puis que vous réagissiez en battant l'Angleterre et l'Allemagne en Ligue des nations, infligeant à la première sa plus lourde défaite à domicile depuis 1928.

Enfin, fabulez sur le fait que le président d'un pays où vous vivez depuis à peine dix ans vous fasse citoyen, alors que votre nom est scandé dans les tribunes tous les jours de match. Bienvenue dans le monde de Marco Rossi.

Il n'est pas seulement un héros populaire en Hongrie, c'est aussi le favori des fans de football car après 15 mois en poste, il a sérieusement envisagé de démissionner. Au lieu de déposer son préavis, il a entrepris de tout refaire.

Le 4-2-3-1 classique qui avait relégué les Hongrois à une honteuse quatrième place dans leur groupe de qualification pour l'Euro 2020 en novembre 2019 est devenu une formation 3-5-2 pour 2020, Zsolt Laczko et Istvan Beregi, ont commencé à exercer une plus grande influence sur l'équipe en 2021/22, et, sous la forte direction de Rossi, cette dernière est soudainement devenue un adversaire plus brutal et plus effronté.

Le schéma a été conservé en 2022, mais avec un apport substantiel d'éléments de l'Inter de Simone Inzaghi et de l'Atalanta de Gian Piero Gasperini. Les influences italiennes familières n'ont cependant pas suffi, puisque l'année dernière, les principes du "Dinizismo" brésilien - le football pratiqué par le Fluminese de Fernando Diniz - ont également été ajoutés.

Résultat : deux défaites en compétition depuis octobre 2021, toutes deux contre les Italiens.

Dominik Szoboszlai, la force motrice

Lorsque Dominik Szoboszlai est sorti sur blessure après 57 minutes du match amical de préparation contre Israël, les supporters ont retenu leur souffle. L'idée d'un nouveau tournoi perdu pour le prodige du football hongrois ne pouvait tout simplement pas être supportée par le demi-million de ses compatriotes qui avaient demandé des billets pour l'Euro. Ce ne serait pas exactement du déjà vu - Szoboszlai a manqué tout le printemps il y a trois ans et ne s'est pas rétabli à temps - mais ce serait tout de même un coup dur.

Heureusement, Szoboszlai a immédiatement assuré aux journalistes qu'il avait simplement les jambes lourdes et qu'il ne s'agissait pas d'une blessure. Il faut donc espérer que rien ne nous privera de nos débuts très attendus dans le tournoi. L'émergence de Szoboszlai sur la scène internationale européenne est en effet un événement majeur. On parle déjà du meilleur Hongrois depuis les années 80, et il commence à se rapprocher des membres de "l'équipe d'or" des années 50.

Peu de footballeurs, à l'âge de 22 ans, auraient pu porter le brassard de capitaine avec autant de grâce ou auraient été capables de porter toute l'équipe nationale décimée en novembre 2023 comme il l'a fait.

La performance à deux buts de Szobozslai lors de la deuxième mi-temps du dernier match de qualification contre le Monténégro peut être comparée à Michael Jordan au sommet de sa gloire, ce qui semble être un parallèle parfait. Après tout, Szoboszlai avait déjà fait preuve d'un tel brio en solo à l'automne 2020 contre l'Islande.

Depuis qu'il a pris le brassard de capitaine en novembre 2022, les Hongrois n'ont perdu qu'une seule fois, en amical contre l'Irlande. Peu importe qu'il n'ait pas été titulaire à Liverpool à la fin du printemps et qu'il ait marqué pour la dernière fois pour le club à la fin du mois de janvier - les Hongrois savent très bien ce qu'ils ont en Szoboszlai : l'une des stars offensives les plus autonomes de la planète, dont l'autosuffisance est utilisée de manière extrêmement efficace par l'équipe nationale.

Une superstition populaire en Hongrie veut que les joueurs aux petits pieds soient destinés à devenir de grands footballeurs. C'était vrai pour Ferenc Puskas, c'est vrai pour beaucoup de ses successeurs, dont Szoboszlai.

Milos Kerkez au bord de la gloire

Pour un jeune homme de 20 ans, Milos Kerkez, a déjà beaucoup fait.

À 16 ans, il a été pratiquement renvoyé par le Rapid de Vienne en raison de son tempérament balkanique stéréotypé, qui l'amenait à donner régulièrement des coups de pied à ses coéquipiers à l'entraînement. À l'âge de 17 ans, il jouait régulièrement en deuxième division hongroise, même s'il était loin d'avoir le physique habituellement requis pour le football adulte. À 18 ans, il joue pour les jeunes de l'AC Milan après avoir reçu un appel personnel de Paolo Maldini en personne. À 19 ans, il est l'un des défenseurs les plus explosifs de l'Eredivisie grâce à sa grande vitesse, qui lui permet d'éliminer facilement ses adversaires. Et à 20 ans, il joue régulièrement en Premier League.

En réalité, Kerkez n'est pas un prodige comme on pourrait le croire. Sa première saison à Bournemouth a été pour le moins irrégulière et sa position dans l'équipe nationale n'est pas vraiment inébranlable non plus. Cela est dû à la fois à son tempérament et à sa discipline, et à la concurrence du vétéran Zsolt Nagy, auteur de 11 buts en championnat la saison dernière.

En revanche, avec ce joueur qui avoue lui-même souffrir surtout d'un manque de patience, il faut sans cesse rappeler une chose : malgré tout ce qu'il a vécu, il n'a que 20 ans et, même à Bournemouth, il a conquis les supporters par sa passion débridée.

Tactique et composition probable

Le onze de départ de la Hongrie contre Israël
Le onze de départ de la Hongrie contre IsraëlFlashscore

L'équipe hongroise est un assemblage bizarre de joueurs venus de l'autre côté de l'Atlantique (États-Unis), de la Méditerranée (Chypre) et du Pacifique (Corée du Sud), mais on sait clairement qui est venu pour jouer dans le onze de départ et qui se rend en Allemagne en tant que remplaçant.

Alors qu'en 2016, avant le tournoi, Bernd Storck semblait vouloir utiliser tous ses joueurs de manière presque égale et que le onze de départ était truffé de points d'interrogation, cette fois-ci, c'est l'inverse qui se produit. Seul le gardien Peter Gulacsi doit raisonnablement se battre pour sa place, en raison d'une blessure compliquée au genou et de la forme de Daniel Dibusz. Certains experts considèrent cette bataille comme une situation 50-50, tandis que d'autres sont plus ou moins sûrs du retour de l'expérimenté Gulacsi, qui s'est récemment distingué en Ligue des champions contre le Real Madrid et a fait son retour en équipe nationale avec brio contre la Turquie.

Un autre joueur en danger est Atilla Szalai, dont le transfert à Hoffenheim puis le prêt à Fribourg n'ont pas fonctionné. En mars, il a lui aussi amélioré sa cote en donnant l'impression qu'il n'avait pas raté une marche. Szalai est fortement concurrencé par Marton Dardai pour le poste de défenseur central gauche, qui a longtemps attendu une invitation à rejoindre la sélection allemande avant de faire le grand saut en janvier et de dire oui au pays natal de son célèbre père, Pal.

Le reste de la ligne arrière est libre. Bien qu'il ne parle pas hongrois, Willi Orban est le leader du trio défensif et le capitaine de facto dans la moitié de terrain hongroise. Il remporte de nombreux duels aériens et joue également un rôle dans la zone d'attaque, où Szoboszlai le trouve souvent sur les coups de pied arrêtés.

Sur la droite d'Orban, on peut s'attendre à voir Adam Lang, qui est passé d'un arrière latéral irrégulier à un défenseur calme, responsable et économique. Lang devra faire face à la concurrence d'Atilla Fiola, la star des derniers Euros, âgée de 34 ans et vieillissante.

Kerkez occupera le poste d'arrière gauche et Loïc Nego, qui s'est bien intégré au Havre cette saison, celui d'arrière droit.

Le milieu de terrain à deux est également une évidence. Adam Nagy a fait irruption sur la scène lors de l'Euro 2016 en tant que joueur de Ferencvaros âgé de 20 ans et il a maintenant beaucoup voyagé - bien qu'il n'ait pas évolué dans des clubs entièrement prestigieux, il joue solidement en tant que le moins risqué des deux milieux de terrain de l'équipe nationale.

Andras Schafer, quant à lui, est la pièce la moins appréciée d'une mosaïque qui fonctionne bien. Il s'agit d'un joueur extrêmement complexe qui est un dribbleur très habile - l'un des meilleurs - et qui est susceptible d'évoluer dans un club plus important cet été. Il a réalisé une excellente saison, même avec l'Union Berlin, reléguée, et s'il continue sur sa lancée à l'Euro 2020, il est presque certain qu'il ne passera pas à côté d'un transfert. Il a souffert de nombreuses blessures et la Hongrie sait déjà que l'Anglais Callum Styles peut le remplacer en cas de besoin.

Szoboszlai, dont le territoire est plus proche de la ligne de touche gauche, d'où il effectue presque deux fois plus de pénétrations qu'à Liverpool, est très bien secondé par Roland Sallai à l'autre poste libre derrière l'attaquant, au point qu'il y a eu des matches où il a été le plus en vue.

La constance a toujours été étrangère à Sallai, sinon il n'aurait pas inscrit seulement quatre buts pour 10,15 xG en Bundesliga au cours des deux dernières saisons, mais si vous décidez d'un match crucial avec la Serbie et que vous marquez deux fois à l'extérieur en Angleterre, vous allez jouer.

Ces deux-là sont tout simplement intrépides, responsables à eux deux de 37 % des tirs de la Hongrie en qualifications, et il est difficile de voir qui d'autre pourrait prendre la place de ces géants. Peut-être Laszlo Kleinheisler, découverte de l'Euro 2016, qui a récemment fêté ses 30 ans à Split, en Croatie.

A la pointe de l'attaque, Marco Rossi se trouvait dans l'embarras pour trouver un successeur à Adam Szalai. Sa mentalité d'intimidateur omniprésent sur le terrain a toujours attiré l'attention des défenseurs, et il ne faut pas s'attendre à ce qu'il en soit de même aujourd'hui. En revanche, Barnabas Varga a été une véritable révélation, tout ce que Rossi aurait pu souhaiter, et même plus.

Amateur jusqu'à 25 ans, il s'est d'abord fait connaître comme meilleur buteur de la première division hongroise lors de la saison 2022/23 sous le maillot de Paks, avant de récidiver à Ferencvaros. Il n'est pas très grand mais physique, voire fort dans les airs, couvre les grands espaces et combine bien avec les stars derrière lui, ce qui explique qu'il a marqué deux fois plus de buts en la moitié de ses titularisations que Martin Adam, beaucoup plus grand.

France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)