Un fils de Bilbao : comment la loyauté inébranlable d'Inaki Williams a contribué à la gloire de l'Athletic

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Un fils de Bilbao : comment la loyauté inébranlable d'Inaki Williams a contribué à la gloire de l'Athletic

Inaki Williams de l'Athletic Club célèbre la victoire après la finale de la Copa del Rey.
Inaki Williams de l'Athletic Club célèbre la victoire après la finale de la Copa del Rey.AFP
Plus de 100 000 supporters de l'Athletic Bilbao ont fait le long voyage jusqu'à Séville pour assister à la finale de la Copa del Rey, samedi 6 avril. Depuis leur dernière victoire en 1984, les Leones avaient perdu six finales, mais ils ont pensé que la guigne allait enfin cesser face à une équipe de Majorque qui occupait la 15e place de la Liga.

Plus de 50 000 supporters passionnés s'étaient rassemblés au stade San Mames de l'Athletic pour le match et des éruptions d'euphorie ont éclaté dans tout Bilbao lorsqu'ils ont remporté une victoire à l'arraché, décrochant le trophée à l'issue d'une séance de tirs au but tendue. Après des décennies d'échecs et de désillusions, la sécheresse était enfin terminée.

Inaki Williams héros local, s'est effondré sur le sol lorsque le penalty bien tiré d'Alex Berenguer a touché le fond des filets. Le rêve de sa vie venait de se réaliser.

Le bon endroit, le bon moment

Il y a une trentaine d'années, Felix Williams et Maria Martinez, les parents d'Inaki Williams, se sont lancés à la recherche d'une vie meilleure. Poussé par l'ambition et la soif d'opportunités, le couple a pris la décision courageuse de quitter le Ghana et de s'aventurer dans l'inconnu, en jetant son dévolu sur les promesses de l'Espagne.

Ils ont traversé le désert du Sahara sans eau ni nourriture et ont escaladé la clôture de Melilla, l'enclave nord-africaine de l'Espagne. Ils ont fini par se faire arrêter, mais ont été autorisés à entrer en Espagne après avoir laissé entendre qu'ils venaient du Liberia et qu'ils demandaient l'asile politique.

À l'époque, Maria ne savait pas qu'elle était enceinte d'Inaki. Quelques mois après s'être installée à Bilbao, elle a donné naissance à un petit garçon. Sa mère a révélé plus tard que si elle avait su qu'elle était enceinte, elle n'aurait pas pris le risque d'émigrer. Née à Bilbao, Inaki pouvait donc jouer pour l'Athletic Club.

Depuis 1912, le club de football espagnol a une règle non écrite selon laquelle il n'engage que des joueurs nés au Pays basque ou qui ont appris le football dans un club basque.

Inaki et Nico Williams s'embrassent après avoir remporté la finale.
Inaki et Nico Williams s'embrassent après avoir remporté la finale.AFP

C'était le destin, et Inaki était prêt à tout donner pour le réaliser, lui qui rêvait de soutenir financièrement ses parents. Des années plus tard, il l'a réalisé. Son père n'a plus à travailler la nuit à Londres, à débarrasser des tables dans des restaurants ou comme agent de sécurité. Sa mère n'a plus besoin de cumuler plusieurs emplois. La famille est de nouveau réunie en Espagne, et elle était présente pour voir Inaki et son jeune frère Nico aider l'Athletic Club à soulever le trophée de la Copa Del Rey.

Avant la finale, Williams a déclaré à Mundo Deportivo : "Je dis toujours que mes parents ont fait beaucoup pour nous. Tout ce que nous faisons, c'est pour leur rendre ce qu'ils ont fait pour nous. J'espère que nous pourrons leur apporter cette victoire, non seulement à eux, mais aussi à toutes les générations d'Athleticzales qui n'ont jamais vu un champion de l'Athletic".

Pour Inaki, ce triomphe est l'aboutissement d'un parcours qui a commencé il y a plus de vingt ans, lorsqu'il a rejoint les rangs des jeunes de l'Athletic, à l'âge de neuf ans. Son dévouement et son talent l'ont rapidement distingué, ouvrant la voie à son ascension au sein de la célèbre académie de l'Athletic Bilbao.

La formation d'un héros

Il a commencé à attirer l'attention dès le début de la saison 2014/15, en inscrivant deux triplés au cours de son premier mois. Après une série de performances impressionnantes dans l'équipe réserve, marquant 11 buts, il est devenu impossible d'ignorer le jeune attaquant.

Ernesto Valverde a récompensé la saison fantastique de Williams dans l'équipe réserve et l'a invité à s'entraîner avec l'équipe première. "Je ne sais pas quand, mais je suis sûr qu'Inaki Williams jouera un jour pour l'Athletic", avait-il dit à l'époque.

Une semaine plus tard, Williams a eu sa chance, car il a été appelé après la blessure du buteur du club, Aritz Aduriz. Il a dû attendre deux mois avant de marquer son premier but pour le club contre le Torino en Europa League.

Ce but est historique pour l'équipe espagnole, car Williams devient le premier joueur noir à marquer pour le club.

Depuis, Williams a inscrit son nom dans le livre des records de l'Athletic, devenant le joueur non espagnol le plus prolifique du club avec 97 buts toutes compétitions confondues. Son exploit remarquable de jouer 251 matches de championnat consécutifs, une série qui s'est étalée sur plus de six ans, témoigne de sa durabilité et de son dévouement sans faille à la cause de l'Athletic.

Un talisman loyal

Williams a toujours fait preuve d'un attribut essentiel des Basques : la loyauté. Malgré toutes ses récompenses, son impact va bien au-delà des simples statistiques. Son engagement indéfectible envers l'Athletic, où il a rejeté des offres lucratives venues de toute l'Europe, lui a valu l'affection des supporters passionnés du club, qui l'ont adopté comme l'un des leurs.

Il a ainsi été repéré par Liverpool, Arsenal et Manchester City. Cependant, Bilbao a toujours été son port d'attache et, l'attaquant restera probablement à l'Athletic Club tout au long de sa carrière.

Aujourd'hui, il joue également pour l'équipe nationale du Ghana, après avoir changé de nationalité en 2022 à l'occasion de la Coupe du monde. La passion et la fierté de Williams l'ont amené à sauter dans un vol privé de la Côte d'Ivoire vers l'Espagne quelques heures après l'élimination du Ghana de la Coupe d'Afrique des Nations 2023. Ce jour-là, son vol a été le plus suivi au monde sur Flightradar, car il voulait jouer contre Barcelone en quart de finale de la Copa Del Rey.

Le vol a atterri à Bilbao le jour du match et Williams a affirmé aux médias à l'aéroport : "Je suis bien préparé. Je ne suis pas fatiguée. Nous allons gagner contre Barcelone, c'est le plus important". L'attaquant est entré en jeu en deuxième mi-temps et a marqué le troisième but pour donner l'avantage à l'Athletic en prolongation, avant d'aider son petit frère Nico à envoyer le club en demi-finale.

Williams, un produit du célèbre centre de formation de l'Athletic, a de nouveau marqué et fait une passe décisive lors du match retour des demi-finales contre l'Atlético de Madrid, ce qui lui a permis de se qualifier pour la finale à Séville.

Alors que les confettis tombent et que les célébrations se calment, l'héritage de Williams à l'Athletic Club est d'ores et déjà assuré. Il sera vénéré comme un héros local dont le nom restera à jamais gravé aux côtés des grands noms qui ont porté les célèbres bandes rouges et blanches, un exemple brillant de ce que l'on peut accomplir grâce à un dévouement inébranlable, une passion et un amour profond pour les couleurs que l'on représente.

Auteur
AuteurFlashscore
France gouvernement

Les jeux d’argent et de hasard peuvent être dangereux : pertes d’argent, conflits familiaux, addiction…

Retrouvez nos conseils sur joueurs-info-service.fr (09-74-75-13-13, appel non surtaxé)