Les New York Yankees, d'une saison aux multiples soubresauts aux World Series ?

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Les New York Yankees, d'une saison aux multiples soubresauts aux World Series ?
Aaron Jutge et les siens prêts pour tenter de rejoindre les World Series.
Aaron Jutge et les siens prêts pour tenter de rejoindre les World Series.
AFP
Un début de saison tonitruant, une fin plutôt décevante et une qualification en playoffs acquise sur le fil, les Yankees sont passés par toutes les émotions cette année. Au moment où la franchise mythique de New York débutera sa finale de ligue contre les Astros de Houston, retour sur une saison irrégulière qui pourrait s'achever en apothéose.

Cela n'a pas toujours été facile pour les New York Yankees cette saison. Outre le lockout qui a animé la MLB de décembre à mars, l'intersaison n'a pas été de tout repos pour les dirigeants, vertement critiqués par une partie des fans pour ne pas s'être mis sur les rangs pour signer plusieurs agents libres, à commencer Carlos Correa, arrêt-court 2 fois All-Star et vainqueur des World Series en 2017 avec Houston et Freddie Freeman, première base 6 fois All-Star et vainqueur des World Series avec les Braves d'Atlanta l'an dernier. Ils ont jeté leur dévolu sur le troisième base Josh Donaldson, MVP d'American League en 2015 et trois fois All-Star de 2014 à 2016.

Auteur d'un début d'exercice en trombe avec le meilleur démarrage de l'année, la franchise emblématique a ensuite connu une baisse de régime en fin de saison qui aurait pu s'avérer catastrophique, au point que les fans ont connu quelques sueurs froides à l'approche des playoffs. Mais tout est bien qui finit bien puisque la franchise de la Grosse Pomme s'est qualifiée la nuit dernière pour la finale d'American League, contre Houston.

Des victoires et des déboires 

Une série de 11 victoires consécutives a donné du relief à une saison qui avait commencé de manière moyenne. Une performance apte à lancer la machine pour de bon. Du moins le croyait-on. Le mois d'août a été assassin pour les Yankees avec 11 défaites en 14 matchs et l'impression que la mauvaise passe des dernières années était de retour. Avec 99 victoires pour 63 défaites, la qualification a été néanmoins acquise. 

C'est surtout à domicile que les rivaux des Mets ont validé leur place en post-season, avec le meilleur bilan de la MLB à domicile (ex-aequo avec les Dodgets de Los Angeles). Du 24 mai au 23 juin, le Yankee Stadium s'est transformé en forteresse insubmersible avec une série de 15 victoires de rang, un exploit inédit depuis 1961. La série a été interrompue par... les Houston Astros, précisément leur adversaire en Championship Series à partir de mercredi. 

Jouer pour les Yankees c'est, d'une certaine manière, appartenir au rêve américain. Une franchise constamment sous le feu des projecteurs, donc le logo est tellement connu partout dans le monde qu'on ne sait même plus qu'il appartient à une franchise de baseball. Les Yankees appartiennent à la culture populaire US, de Simon and Garfunkel à Seinfeld. 

Évidemment, cette médiatisation et cette puissance impliquent forcément des scandales, comme par exemple le cas de dopage de la superstar Álex Rodríguez au coeur des années 2010 ou encore l'affaire Jake Sanford qui a escroqué ses coéquipiers alors qu'une brillante carrière s'ouvrait à lui. Après un "Three-peat" aux World Series à la fin du XXe siècle (1998-1999-2000), les Yankees n'ont eu droit à qu'à une seule parade dans Manhattan, en 2009. De 2012 à 2019, les fans n'ont même pas eu un titre en Division Est d'American League à se mettre sous la dent. 

Une finale entre deux grands rivaux

C'est l'heure de la revanche pour les Yankees. Il y a 3 ans, en 2019, les New-Yorkais étaient tombés en finale d'American League contre les Astros, une franchise qui a aussi connu son lot de scandale puisque fin 2019 The Athletic a révélé que la franchise texane a espionné ses rivaux avec une caméra espion située dans le stade pour décrypter les codes de ses adversaires.

Avec trois apparitions aux World Series lors des 5 dernières saisons, un titre de champion conquis en 2017 et un bilan en saison régulière de 106 victoires pour 56 défaites (première franchise à dépasser les 100 succès à 4 reprises lors des 6 dernières saisons), la franchise de Houston part avec un avantage certain, outre celui du terrain dans cette série au meilleur des 7 manches. 

En outre, cette saison, les Astros mènent 5-2 dans les confrontations directes. La dernière en date avait été spectaculaire (victoire 7-5 des Astros) et cela n'est pas de bon augure pour les Yankees. Le challenge est à la hauteur de l'enjeu. Cela fait 13 ans que les New-Yorkais ne sont plus apparus aux Worlds Series. Treize ans sans titre aussi. Pour un tel mythe du baseball, la disette n'a que trop duré.